Pourquoi la startup meurt-elle à son 2ème anniversaire ?

#

La deuxième année d’une startup se résume souvent à une phase critique où les acteurs de l’investissement restent encore frileux. C’est souvent à ce moment que les entrepreneurs arrivent au bout de leurs fonds propres, alors même que la création de valeur de leur startup est toujours faible.

 

La vallée de la mort: un manque de financement entre 1 et 3 ans

À leur création, les startups connaissent une première année florissante, épaulées par un système français solide favorisant le financement des jeunes entrepreneurs. Mais dès le début de leur deuxième année et jusqu’à leur troisième anniversaire environ, dans cette période que l’on appelle la phase d’amorçage, ces jeunes pousses font face à de sérieuses carences en terme de financement disponible et se retrouve dans la « vallée de la mort ».

Il est toujours difficile pour les startups entre 1 et 3 ans, de traverser le passage délicat où elles ne dégagent toujours pas de bénéfice alors qu’elles ont besoin de cash supplémentaire pour financer leur croissance, intégrer des compétences, dénicher de nouveaux marchés (notamment à l’international) et se faire connaître du public. Ces entreprises peinent toujours à accéder au « carburant » dont elles auraient besoin.

 

La mortalité des startups culmine autour du 2ème anniversaire

Malgré le renforcement de l’écosystème de financement des startups, la fameuse « vallée de la mort » est toujours présente.
Moins d’accès au financement, épuisement des fonds propres, maturité commerciale insuffisante, aversion au risque de la part du secteur privé : logiquement, la mortalité des startups culmine autour du deuxième anniversaire.

La raison numéro une est bien souvent la sous-capitalisation, autrement dit, il s’agit d’une insuffisance de capitaux propres au démarrage qui ne procure pas une marge de manœuvre assez importante.

 

La phrase clé

« Si elles ne sont pas dotées d’un capital solide à la création, on constate de nombreux abandons sur cette période ».
C’est le constat que confirme In Extenso. Des fonds propres solides à la création donne des reins plus solides pour passer ce cap du deuxième anniversaire.

 

Source : La Tribune Toulouse

Retrouvez dans notre prochain article comment financer la startup à ses différentes étapes de croissance et affronter cette fameuse vallée de la mort.

Écrire un commentaire